Le M’PEP assume pleinement sa réalité de parti politique unique en son genre
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 8 réactions
 
Accueil > Qui sommes-nous ? > Textes des congrès du Parti > Le M’PEP assume pleinement sa réalité de parti (...)
 

LE M’PEP ASSUME PLEINEMENT SA REALITE DE PARTI POLITIQUE UNIQUE EN SON GENRE

Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 5 mars 2015.

Quoi que l’on pense des partis politiques, ils restent la seule forme à disposition des citoyens pour s’engager dans le débat et le combat politiques, pour la conquête et l’exercice du pouvoir. Ils sont indispensables à la démocratie. Si tel n’était pas le cas, ce seraient les intérêts privés les plus puissants qui auraient le monopole de la politique, sachant que leur poids est déjà considérable dans le champ politique. La critique de principe des partis politiques, du type « tous pourris », outre le fait qu’elle est la marque traditionnelle de l’extrême droite, désarme en réalité le mouvement populaire en le privant du seul instrument lui permettant de concurrencer les classes dominantes. Certes, tous les partis politiques ayant exercé le pouvoir ont déçu, suscitant des appels à « faire de la politique autrement ». Toutefois, de tels slogans n’ont donné aucun résultat tangible et ne sont restés que de pures intentions.

Le vrai parti qu’est le M’PEP vise à organiser un courant d’idées qui existe déjà dans la société. Ce courant forme l’idéologie suivante : lutte contre le capitalisme dans la perspective d’un socialisme du XXIè siècle, rejet de l’Union européenne et de l’euro, sortie des autres piliers de l’ordre néolibéral mondial que sont le FMI, l’OMC, l’OTAN et la Banque mondiale. Réconciliation de la République et de la démocratie, éradication du chômage par le droit opposable à l’emploi et la réindustrialisation de notre pays, démantèlement des marchés financiers, relations internationales solidaires basées sur les principes actualisés de la Charte de La Havane et de la déclaration de Cocoyoc. Aucun parti politique – aucun ! – ne propose une telle stratégie et un tel programme.

Le M’PEP est le chaînon manquant, parti anticapitaliste et démondialisateur, conscient de la nécessité vitale de pleinement restaurer la souveraineté nationale. Il propose un programme construit et cohérent pour réussir en bon ordre l’indispensable démondialisation et la démocratisation de l’Etat. L’idéologie néolibérale postnationale est composée de trois camps (la droite, la social-démocratie et la gauche radicale) et d’un leurre (le FN). Le M’PEP dénonce et combat ces trois camps, comme il dénonce l’illusion et le vrai rôle du FN qu’il combat. Il est l’outil permettant de faire naître une alternative crédible.

Le moment est venu d’adhérer au M’PEP !


Répondre à cet article

Forum de l'article  -13 Messages

  • Le M’PEP assume pleinement sa réalité de parti politique unique en son genre

    7 mars 2015 05:35, par Alain Duez, association l’âge de faire

    Bonjour,

    Dommage qu’avec tout le talent dont vous faites montre, vous le gaspilliez dans des combats perdus d’avance. Vous acceptez de jouer les hallebardiers dans une comédie dépassée où les premiers rôles sont joués par les marchés financiers, les seconds par les politiques et les chœurs chantés par les ténors des grands médias...

    Alors que le vrai pouvoir est dans l’exercice de l’économie et c’est à ce titre que nous sommes toujours les serfs d’un système où l’outil de production est toujours propriété d’une petite minorité qui décide de l’avenir du monde.

    Non, croyez-moi et rejoignez vite le Plan ESSE. www.le-plan-esse.org

    repondre message


  • c’est très bien,mais ou est l’urgence climatique la dedans ?
    Le respect de la terre ,la préservation des ressources....

    repondre message


  • Je suis tout à fait d’accord avec cette analyse, mais il y a quand même le PRCF.

    repondre message


  • <>.

    Le M’PEP se prend pour ce qu’il n’est pas ! Organiser un courant d’idées cela s’appel un club de discussion

    Le propre d’un parti politique est d’organiser une force combattante (politiquement s’entend),non sur les idées qui animent ou pas les individus, mais sur la réalité de leurs conditions d’existences matérielles.

    Cordialement

    Claude Denoun

    repondre message


    • Il ne s’agit pas d’organiser un club de pensée mais un courant d’idées porté par un parti politique, une force combattante, comme vous l’écrivez.De quoi parlons nous, au M’PEP, qd nous proposons le droit opposable à l’emploi, la sortie de l’euro libéralisme et du libre échange, la réindustrialisation, la transition énergétique, la création d’un service public pour les personnes seules et les familles ?
      Bientôt notre programme sera rendu public. Déjà vous en trouverez des éléments sur notre site.
      Il s’agit donc bien des conditions d’existence matérielles de chacun dont nous parlons. Venez nous rejoindre !

      repondre message


  • Comment comptez vous introduire la démocratie dans les entreprises privées ?
    Par quel moyen pratique ?

    repondre message


  • Vos analyses sont très intéressantes mais reconnaissez que le débat actuel sur la sortie, possible ou pas, de tous les organismes mis en place par le monde financier a pleinement sa raison d’être ; car ce que vous préconisez a certes le mérite de la cohérence et de l’ultra-radicalité contestatrice....Reste à montrer, sinon prouver, que c’est faisable, car le camp d’en face ne le laissera pas démontrer par la pratique. Il fera tout pour que ça devienne impossible. Il a des moyens redoutables, et il y aura aussi une partie du peuple qui ne participera pas à cette révolution.

    Par contre là où vous m’avez éloigné de vous, et nettement, c’est quand vous mettez sur le même plan la droite (social démocratie comprise) et le Front de gauche.
    Même si on est déçu par le "patinage" sur place de ce dernier actuellement, je crois que vous commettez la même erreur que Lutte Ouvrière et d’autres micro-partis.
    On peut tout de même décider de rompre avec les socio-libéraux, de ne pas se faire trop d’illusions sur les écolos et les socio-dissidents et en même temps s’interroger sérieusement (dans tous les sens du terme) sur la faisabilité de votre position très théorique pour l’instant.
    Ne risquez-vous pas devenir un nouveau NPA ?

    repondre message


  • Je veux bien croire à vos idées, qui par ailleurs sont très proches sinon identiques à celles du Front de Gauche. Pourquoi ne pas venir grossir les rangs de ce mouvement. Pourquoi faire bande à part ? Unis nous pouvons devenir une force de gouvernement comme nous l’a démontré Ciriza.

    repondre message


    • D’une part le FDG n’a jamais voulu du M’PEP et après 5 ans de tentatives infructueuses nous avons décidé de laisser tomber. Mais ce n’est pas tout. Le FDG continue de refuser d’affronter la réalité en faisant croire que l’UE peut se réformer de l’intérieur. Il défend farouchement l’euro et le maintien de la France dans l’UE. De plus il continue à passer des alliances électorales avec le PS et ou EELV, totalement européistes, voir fédéraliste pour EELV.
      Le FDG est objectivement responsable de nourrir des illusions mortifères pour le peuple, dont il ne défend pas les véritables intérêts, et en particulier en renonçant à agir pour la souveraineté nationale et populaire. Il faut se rendre à l’évidence : le clivage gauche droite ne recouvre plus la lutte des classes, toujours vigoureuse, et que le patronat est en train de gagner. Le M’PEP s’inscrit donc résolument du côté des classes dominées.
      Certes le constat est douloureux pour des millions de Français qui ont mis leur énergie depuis tant d’années à combattre la droite - alliée des classes dominantes. Aujourd’hui, de fait, la gauche - l’officielle le PS - mais aussi la gauche de gauche sont dans le même sac. La question ne peut plus se poser dans ces termes. Le FN rafle la mise et ne cesse de profiter du renoncement de tout ce qui porte le nom de gauche. ALors oui il faut agir. Le M’PEP est petit, et alors ? Faudrait il pour autant que nous rejoignons le camp des résignés qui ne voient aucun horizon à une vraie transformation sociale, politique et économique, au niveau national comme au plan international ? Que ceux qui veulent balayer le système nous rejoignent ! ALors le M’PEP sera plus fort !

      repondre message


    • Le M’PEP n’est pas proche du FDG en ce qui concerne l’Europe de JUNKER ET MERKEL, le M’PEP est pour sortir de l’euro et de l’Europe Fédérale, le M’PEP est pour une Europe des peuples et des nations ce qui est complétement différent.

      repondre message


    • Le M’PEP n’est pas proche du FDG en ce qui concerne l’Europe de JUNKER ET MERKEL, le M’PEP est pour sortir de l’euro et de l’Europe Fédérale, le M’PEP est pour une Europe des peuples et des nations ce qui est complétement différent.

      repondre message


  • En couronnant la démocratie, au service du Bien commun (La Res-publica),pour
    s’inscrire dans la continuité historique de l’Etat souverain, la Nouvelle
    Action Royaliste, est aussi un mouvement politique unique en son genre, qui rejoint
    le M.P.E.P. sur l’essentiel de ses positions.

    repondre message

Haut de la page