Le M’PEP devient le parti de la libération nationale et de la démondialisation. Objectif : un socialisme pour le XXIème siècle.
dimanche 18 janvier 2015
Auteur : par Texte du Parti de l’émancipation du peuple (ex. M’PEP)
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 15 réactions
 
Accueil > Actualité > Communiqués > Le M’PEP devient le parti de la libération (...)
 

 LE M’PEP DEVIENT LE PARTI DE LA LIBERATION NATIONALE ET DE LA DÉMONDIALISATION. OBJECTIF : UN SOCIALISME POUR LE XXIème SIECLE

Déclaration du Conseil national du Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 18 janvier 2015.

Le M’PEP a tenu son 2ème congrès ordinaire les 5, 6 et 7 décembre 2014. Il a pris les décisions suivantes :

 1.– Le M’PEP est un parti politique

Le M’PEP se définit désormais comme parti politique au plein sens du terme. Un parti entièrement tourné vers la défense structurelle des intérêts des classes dominées. Un parti en faveur de la démondialisation. Un parti pour rompre avec l’ordre néolibéral mondial et européen dans une perspective internationaliste.

Le M’PEP se propose d’être l’organisation politique des citoyens qui estiment que :

  • la pleine restauration de sa souveraineté nationale est vitale pour la France et son peuple ;
  • la lutte contre l’ordre néolibéral mondial passe nécessairement par la pleine restauration des souverainetés nationales ;
  • le clivage classes dominantes/classes dominées ne passe plus par les courants politiques gauche-droite ;
  • la droite, la gauche et le FN, chacun selon une stratégie différente, sont de fait pour le maintien de la domination des forces néolibérales dans notre pays.

 2.– Le M’PEP ne se place plus dans le clivage gauche-droite

En 2008, le M’PEP considérait qu’il fallait « faire grandir l’idée et construire une nouvelle force politique de gauche » pour établir un rapport de force plus favorable aux classes dominées.

Six ans plus tard, il constate que la gauche entretient plus que jamais l’illusion qu’un changement de politique est possible depuis l’intérieur des institutions néolibérales, dont l’Union européenne.

Ce faisant, la gauche – toute la gauche – ferme la seule voie, la souveraineté nationale, qui permettrait de sortir de l’impasse dans laquelle notre pays se trouve.

Le M’PEP en tire la conclusion que sans plus ménager les acteurs à gauche comme à droite, il doit lever les blocages, dépasser son identification à la gauche et s’engager clairement dans la défense des classes dominées.

 3.– Le M’PEP est le parti de la libération nationale et de la démondialisation

Pour le M’PEP, démondialiser implique d’agir au niveau national. C’est-à-dire :

  • sortir de l’Union européenne ainsi que de l’ensemble des structures de l’ordre néolibéral mondial de manière unilatérale (OTAN, FMI, OMC, Banque mondiale...) ;
  • sortir de l’OTAN pour retrouver notre souveraineté militaire et redonner à la République française son indépendance diplomatique ;
  • sortir de la zone euro de manière unilatérale et, pour la France, reprendre sa souveraineté monétaire ;
  • annuler la dette publique contractée auprès des marchés financiers ;
  • démanteler les marchés financiers, et non pas simplement les réguler ;
  • réconcilier la République avec la démocratie, notamment par la démocratisation de l’État ;
  • éradiquer le chômage par le droit opposable à l’emploi et le relèvement général des salaires ;
  • réindustrialiser le pays tout en organisant une mutation écologique du mode de production, notamment par la relocalisation et l’instauration de mesures protectionnistes à caractère internationaliste ;
  • établir entre la France et des pays partageant les mêmes objectifs de développement des relations internationales basées sur les principes actualisés de la Charte de La Havane de 1948 et la déclaration de Cocoyoc.

 4.– Le M’PEP veut la fin du capitalisme

Pour le M’PEP, démondialiser est le meilleur moyen – bien que non-suffisant - de lutter contre le capitalisme.

Le M’PEP agit dans la perspective d’un socialisme du XXIème siècle.

 5.- Le M’PEP agit pour aider au rassemblement des forces sociales patriotiques, démocratiques et républicaines pour reconquérir l’indépendance nationale de la France

Le M’PEP est à l’initiative, avec d’autres forces, de la création du Comité national de résistance républicaine à l’Union européenne (CNR-RUE) qui a lancé l’appel au boycott des élections européennes.

 6.– Le M’PEP se prépare à la présidentielle et aux législatives de 2017

Dans la perspective de la présidentielle, le PS et l’UMP jouent la carte de la diabolisation du FN et du « vote utile » pour tenter d’être présents au deuxième tour de la présidentielle de 2017. Il s’agit d’un chantage.

Pour faire face au tripartisme qui verrouille la vie politique française, la question de la primauté de l’élection présidentielle sur les élections législatives et la valorisation de ces dernières se pose donc.

Le M’PEP, le moment venu, organisera le débat sur cette question.


Répondre à cet article

Forum de l'article  -24 Messages

  • tant qu’homosapiens sera sur cette magnifique planète il ne pourra pas y avoir d’entente entre les hommes....

    repondre message


    • C’est ben vrai ça mon cher Patrick . Peut-on en donner la raison,je pense que oui !! il est trop çon

      repondre message


    • Le M’PEP devient le parti de la libération nationale et de la démondialisation. Objectif : un socialisme pour le XXIème siècle.
      19 janvier 2015 01:16, par Pierre-Marie DUPUY - Prêtre -ouvrier volontaire en Amérique latine-Technicien en injection diesel+ journaliste+professeur

      Le Peuple français ne sait plus ce que signifie " la DEMOCRATIE " !Elle a été détruite par les gouvernements qui se sont succédés depuis un demi siècle. DEMOCRATIE vient de deux mots grec : demos et cratein, i.e. le peuple qui organise et qui dirige ce qu’il planifie. Nous savions que depuis " Maastrich", tout était planifié et décidé pour détruire la démocratie et nous mettre sous la dictature des Marchés Financiers qui dirigent le monde. C’est tout ce canevas, depuis longtemps préparé à l’avance et appliqué par étapes par l’oligarchie du grand capital qu’il faut détricoter et soigneusement balayer pour repartir de la base et apprendre aux citoyens à former une nouvelle société qui soit une oeuvre commune, une construction pierre par pierre où aucune barrière ne soit un obstacle pour le bien-être des communautés et de la nation toute entière . Il ne s’agit pas de construire une cathédrale, sinon un rucher qui soit réellement LA NATION.

      repondre message


  • "Six ans plus tard, il constate que la gauche entretient plus que jamais l’illusion qu’un changement de politique est possible depuis l’intérieur des institutions néolibérales, dont l’Union européenne."
    N’y a-t-il pas aussi une illusion entretenue à croire qu’un réel changement politique est possible dans la cadre institutionnel de la V ème république ?

    repondre message


  • Bonsoir.

    Les objectifs affichés par ce nouveau parti sont tout à fait respectables. Je crois que j’y adhère entièrement ou presque. En revanche, je me pose des questions sur le nom du parti. "Libération nationale", "démondialisation".... On dirait que ces mots ont été choisis pour attirer les électeurs du Front National. Il n’y a rien dans ce nom qui évoque en quoi que ce soit le socialisme du XXIème siècle ni la lutte des classes. J’espère que ce choix n’augure pas d’une stratégie tellement rassembleuse qu’elle ferait perdre son âme au parti. Quant à l’abandon du clivage "droite-gauche", je pense que le nouveau parti va trop loin. Il est clair qu’il n’y a presque plus rien de commun entre la "gauche" incarnée par le PS (cette gauche de droite, comme disait déjà Bourdieu, à une époque où le PS n’avait pas encore complètement touché le fond, pourtant). Mais il me semble tout de même que le PLND (ex M’PEP)a beaucoup plus de points communs avec le Parti de Gauche qu’avec le Front National ou avec l’UMP, non ?

    Cordialement,

    Jordi Grau

    repondre message


  • Fort intéressant comme projet politique.

    Deux remarques :

    "Un parti entièrement tourné vers la défense structurelle des intérêts des classes dominées." Selon moi, cette formulation est excluante. Je suis de cette classe que vous qualifiée (en creux) de dominants. Pourtant, je sais que j’aurais ma place dans votre parti. Car ce que je lutte CONTRE les formes de domination entre êtres humains, pas pour que les dominés deviennent de dominants. Non ?

    Concernant l’organisation de la production. Le M’Pep ne prend pas position pour une démocratisation de celui-ci ? Par le développement des formes d’entreprises de statuts associatifs et coopératifs & par l’extension des droits associés aux organisations représentatives des salariés (RH, stratégie...).

    repondre message


  • Bonsoir
    seulement 2 messages
    >aucun intérêt ou censure ?
    dommage le débat est intéressant !

    repondre message


  • Le m’pep devient le parti de la liberation nationale et de la démondialisation.

    J’approuve globalement l’initiative, j’y vois toutefois les nuances suivantes :
    1) Libération nationale et démondialisation m’apparaissent tel un pléonasme. Toutefois, si le M’PEP choisi malgré tout, d’évoquer l’un et l’autre terme dans l’énoncé de sa raison d’être, il me semblerait mieux adapté de positionner démondialisation, en tant que mission primordiale, devant libération nationale.
    Pourquoi ? à vrai dire, je ne sens pas personnellement, une majorité de français consciente que le pays soit sous domination extérieure, envoutée qu’elle est par la propagande des médias qui encensent le néolibéralisme au quotidien, sans aucune retenue.
    Moyennant quoi, iI me semble que la majeure partie des français reste encore, à tors, persuadée que le redressement du pays, dépend de la politique, soit de François Hollande, soit de Sarkozy (ou autre marionnette).
    En conséquence, ces gens-là, très nombreux, n’attendent aucune libération nationale, ils croient au miracle qu’un « messie » ne manquera pas de faire pour eux « un de ces quatre matins » depuis l’Elysée. Ils considèreront en conséquence inadaptée, l’ambition du M’PEP de libération nationale.
    En revanche, je pense que les méfaits de la mondialisation sont plus évidents dans l’esprit des gens, ils nous suivront donc mieux sur ce terrain et puisque démondialisation, entraîne de facto, à mon sens, libération nationale, le M’PEP risque de se priver d’une large tranche d’électorat, qui n’aura pas compris ce qu’il entend par libération nationale ?
    Démondialiser ne signifie-t-il pas en effet, libérer le pays des carcans qui l’asphyxient et en 1er lieu, du libre échange ce qui entend le rétablissement du protectionnisme économique, des marchés financiers ce qui entend rétablir le rôle de la banque de France, se libérer de la BCE, du FMI, de la banque mondiale et …bien sur de l’UE,etc. Dès lors, démondialiser et libérer la nation ne veut-il pas dire la même chose ? Les français comprendront mieux qu’on veuille les couper de ces organismes prédateurs, plutôt que d’être libérés, ce terme rappelant à mon avis une situation tout à fait spécifique des années 40.
    Cela étant dit, il s’agit d’un avis personnel dont j’accepte de débattre.

    2) Pour le M’PEP, démondialiser est le meilleur moyen – bien que non-suffisant - de lutter contre le capitalisme.

    Afficher haut et fort que la lutte contre le capitalisme est l’objectif principal du M’PEP, le privera des adhésions d’une large tranche de français restés ( à tors ou à raison) traumatisés par l’échec du collectivisme en URSS.
    Sachant que de surcroît le M’PEP a , autant que je sache, justement autre chose a proposer que le pure collectivisme, il gagnerait dans sa communication a développer son option en évitant de vilipender le capitalisme à tout rompre.
    Pour ce point n°2 en revanche, je crois être en mesure de dire que je parle au nom d’une large tranche de la population, celle d’où je suis issu. Une tranche que le M’PEP peut espérer convaincre pour autant qu’il ait la subtilité de langage adéquate. De ça aussi je veux bien débattre, mais plutôt pour convaincre.

    repondre message


    • C’est très bien très courageux et je suis d’accord sauf sur quelques points. Pour une Europe des nations souveraines

      associées et coordonnées, ensuite garder l’euro, mais se dégager du talon de fer atlantiste sur l’UE, retrouver une

      indépendance européenne pour réaliser une vraie démocratie génerale. Le problème ce sont nos "chefs" en France avec leurs nappes

      "partis" et en UE avec leurs régiments de technocrates. Pour concrétiser électoralement et instituitionnellement c’est la gageure , 3% ? faudrait toucher parmi les

      55/60% d’abstentions-blans-nuls écoeurés, demander des élus vote blanc tirés au sort parmi les inscrits à proportion du résultat blanc maintenant reconnu pour introduire une représentation directe du peuple. Sûr que la lutte des classes au
      sens de Marx continue sourdement dans toute l’Humanité tel un théorème vivant sociologique niée par quasi-tous sauf par Warren Buffet le milliardaire américain qui a dit p-ê avec humour " bien sûr la lutte des classes existe et fonctionne et c’est
      nous la haute bougeoisie financière (cosmopolite ndlr)qui l’avons gagnée !". Bingo ! Faudra un jour reprendre la main mondialement de ce côté là sinon ce sera le malheur,l’asservissement , et la misère pour "mille ans".Si "leurs guerres" capitalo-géopolitiques de ces insatiables faiseurs d’or et de pouvoir sur autrui ne nous ont pas anéantis...Après le temps des "fadadistes" assassins qui paraissent bien, fabriqués, instrumentalisés et utilisés par... "très haut".

      Bon courage car étant de la "crypto-gauche" (formule perfide-méprisante bourge de Martine Aubry ) nous sommes isolés, politiquement impuissants et désespérés, pourtant nombreux .

      repondre message


  • Bonjour
    J’approuve entièrement ces objectifs : retrouver une indépendance nationale et monétaire est la condition obligatoire pour se sortir des griffes du capitalisme américain mondialisé.Mais il manque pour en avoir la force un outil indispensable : une nouvelle constitution qui grave dans le marbre les droits des citoyens et pas seulement ceux du président, et que la création monétaire est le privilège de l’état (c’est écrit dans la constitution des USA mais 3 banquiers ont réussi un coup d’état en faisant voter la "loi sur la réserve fédérale" qui n’est ni une réserve ni fédérale mais leur donne tout pouvoir pour contrôler la monnaie).C’est sur cette constitution (à écrire avant)qu’un parti qui veut un tel changement doit se faire élire car il en aura besoin pour affronter toutes les tourmentes qu’on ne manquera pas de lui faire subir.

    repondre message


  • n’est-ce pas encore un parti de trop ? Un peu comme les syndicats, ils se multiplient mais les droits et acquis reculent.

    repondre message


  • Propositions d’une amélioration de l’intitulé du M’PEP :

    Au lieu de "Le M’PEP devient le parti de la libération nationale et de la démondialisation" essayons :

    "Le M’PEP devient le parti : "DéLib" = "Démondialisation et Libération nationale, sociale, humaine, écologique et économique".

    Alternativement "PACAPAC" = "Parti des Abstentionnistes, Chômeurs et Autres Pauvres Anti-Capitalistes"

    Malheureusement PACAPAC existe déjà sur l’Internet.

    repondre message


  • Pour accompagner un programme de rupture, il est indispensable de se doter de l’instrument d’affranchissement des forces dominantes : la monnaie.

    C’est pourquoi je propose la mise en oeuvre d’une monnaie alternative à l’euro , dont la création sera équitable , numérique , réputée non convertible.

    Destinée dans un premier temps à concurrencer l’euro sur les échanges de services geolocalisés , elle permettra ensuite de valoriser aussi les échanges de biens.

    Dès sa création et sa génération, un dispositif de prélèvements permettra aux utilisateurs de décider souverainement et localement de l’emploi des fonds prélevés.

    Reunissons les compétences juridiques, économiques , informatiques , dès à présent pour mettre en oeuvre un tel projet.

    A votre service,

    Jf

    repondre message


    • Pour cette monnaie, il suffit de reprendre le système des monnaies locales, en plus moderne.
      Pour que nous n’ayons pas à subir le coût de fabrication d’une nouvelle monnaie et pour empêcher la fausse monnaie ; comme pratiquement tout le monde utilise les cartes bancaires, il suffit d’utiliser une carte nationale donnée à tous et qui remplace les pièces et billets, les chèques et autres supports.
      Tous ceux qui sont honnêtes et n’ont rien à cacher seront sûrement d’accord, seuls ceux qui travaillent ou emploient au noir et les voleurs ou magouilleurs en tous genres risquent ,de pousser des cris d’orfraie.
      Une carte fonctionnant avec le numéro de sécurité sociale et avec une empreinte digitale offrirait plus de sécurité encore.
      Au point où nous en sommes arrivé aujourd’hui, nous n’avons déjà plus grand chose comme vie privée et dans un avenir très proche, je crains que ce que je viens de proposer ne soit déjà dépassé, tellement la technologie nous submerge et avec une impossibilité de faire marche arrière, même en allant sur Mars, vu les robots qui nous y ont précédé, on aurait du mal à ce cacher.
      D’ailleurs, quitte à changer les paradigmes de vie de la "classe d’en bas", on pourrait peut-être réfléchir à instituer un Revenu de base et une limitation à la richesse. Car je pense qu’un million d’Euros suffit à une famille et qu’au delà c’est de la provocation et tout l’argent produit en France doit rester ici pour les impôts, que le siège des sociétés soit n’importe où dans le monde. Bénéfices fait ici, réintroduit ici, dans l’investissement, dans les salaires et dans les impôts.
      Et toutes les entreprises qui ne sont pas d’accord, qu’elles aillent faire leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, vu la taille de leurs populations, les bénéfices risquent une sévère cure d’amaigrissement !
      Il faut plutôt favoriser l’artisanat et les COOPs et SCOPs qui fournissent plus d’emplois et entretiennent moins d’actionnaires voraces.

      repondre message


  • Satisfait que soit défini ce "socle" de principes fondateurs (de "Parti").
    Après :
    Ma crainte :
    Que les électeur(e)s qui conservent quelque de "Gauche" ressentent mal "la défense des classes dominées" en dehors de la filiation historique des mouvements "Sociaux" (puisque "Le M’PEP ne se place plus dans le clivage gauche-droite"), - le "socialisme du XXIème siècle" restant à définir. Quant à ceux/celles qui n’ont aucune ascendance "Socialiste" ou "Communiste", ils/elles risquent d’être dans le flou quant à la spécificité du M’PEP par rapport à un FN qui se définit aussi comme défenseur de revendications "sociales" et pourfendeur d’un certain "capitalisme mondialisé".
    Mon espoir :
    Que s’affirme le M’PEP, face à tous autres partis, comme attirant l’attention sur les problèmes liés à l’Euro et expliquant les moyens de survivre à son évolution, y compris sa toujours possible (qu’elle soit favorisée ou non) disparition.
    Et que les confrontations électorales ne soient pas virulentes avec les partis de "Gauche" (y compris la "Gauche de la Gauche" et l’"Ultra-Gauche") - qui restent frères par rapport à la "Droite Extrême"(?) - au point d’accroître l’incertitude et la confusion parmi nombre d’électeur(e)s aujourd’hui potentiellement favorables.
    C’est en quoi ce Mouvement=Parti sera conforme à sa dénomination ("éducation"/"émancipation")(?!)

    repondre message


  • Bonjour,

    Comme beaucoup, je me pose la question : comment mettre en place une démocratie participative par le peuple et pour le peuple, une société juste et fraternelle.
    Nous avons un exemple récent en Europe ( le continent ) avec l’Islande, dont les médias mainstream ne parlent pas et très peu dans les médias alternatifs.
    C’est parce que le peuple s’est mobilisé qu’il a pu sortir le gouvernement, ne pas payer la dette injuste aux banques privées et surtout écrire sa nouvelle constitution.
    Nous avons eu l’expérience du Conseil National de la Résistance, pourquoi pas un Conseil National de Transition qui serait un équivalent à notre époque.
    Qu’en pensez-vous ?

    A ma connaissance, un collectif apolitique de citoyens s’est constitué afin que le peuple de France prenne lui-même son destin en mains (comme l’on fait les islandais) :
    http://demosophie.com/#
    « ...Cet appel est destiné à chaque citoyen, association ou groupe dissident. Il ne s’agit pas de se rassembler dans un mouvement unifié, de structure pyramidale, car "ils" infiltreraient sa tête et le dévoieraient. Chaque mouvement doit garder son autonomie, chaque citoyen qui veut s’impliquer à créer son propre mouvement, selon sa sensibilité personnelle, doit le faire. Nous devons simplement être interconnectés, prêt à agir ensemble le moment venu. Une telle structure (que le spécialiste appellera "fractale"), "ils" ne peuvent ni l’infiltrer, ni la dévoyer ».

    Cordialement

    Pierre R.

    repondre message


  • Excellente initiative ! Une chose n’est pas claire cependant : le M’Pep s’appellera-t-il toujours le M’Pep ou bien le "Parti de la Libération nationale et de la Démondialisation" ? Si le nom change, quand sera mis en place le nouveau site web ?

    repondre message


  • Encore un parti du système camouflé en modernisme... Le "socialisme du XXI° siècle" n’est qu’une nouvelle forme de capitalisme, d’ailleurs permettez de rire quand vous dîtes que la "démondialisation est le meilleur moyen de lutter contre le capitalisme". Si on veut lutter contre le capitalisme on abolie d’abord la propriété privée.

    repondre message

Haut de la page