Léon Trotsky, Question juive, question noire, Syllepse, 2011.
dimanche 19 août 2012
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Politique > Léon Trotsky, Question juive, question noire, (...)
 

Question juive, question noire

Auteur : Léon Trotsky

Editions : Syllepse, 2011



Double paradoxe qu’offre ce livre. Tout d’abord celui de discuter de la question noire américaine en écho à la question juive dans la Russie tsariste, au cours de la révolution russe puis à l’époque stalinienne et à la veille de la destruction des Juifs d’Europe. Ensuite d’organiser ce débat autour des réflexions du fondateur de l’Armée rouge : Léon Trotsky, lequel séjourna à New York dans en 1917 et ne revendiquait aucune judaïté, bien que nombre de ses adversaires aient manié l’argument antisémite contre lui. Trotsky, adversaire de Staline qui devait le faire assassiner en 1940, est un de plus illustres dirigeants de la Révolution d’octobre 1917. Son expulsion d’URSS le conduit à entretenir des relations avec ses camarades américains qui devaient lui faire partager leurs préoccupations politiques sur la question noire. Par ailleurs, la montée du nazisme, son pronostic d’une guerre mondiale dans les années 1930 l’amènent à considérer à nouveau la question juive en Europe et ses conclusions seront tristement prophétiques quant à l’extermination à venir des communautés juives européennes. De la lecture des textes de Léon Trotsky ici présentés et qui traitent de ces deux questions, on comprend que ce paradoxe n’est qu’apparent. Les formes d’oppression des deux minorités dans des situations nationales particulières ont beaucoup en commun : pogrome/lynchage, Bund juif/parti noir, retour vers la Palestine/Afrique, revendications culturelles, particularisme/ universalisme… et les moyens d’émancipation de deux communautés respectives tout autant compliqués. Comment défendre ses droits lorsqu’on est minoritaire, victimes d’un racisme ancestrale ? Une substantielle introduction aux textes offre les repères historiques indispensables et permet de suivre l’itinéraire de la pensée du révolutionnaire qui loin d’être une ligne droite fut plutôt une ligne oblique. Elle permet de comprendre les enjeux historiques, mais toujours actuels, de cette discussion. Ce livre participe de la confrontation de la pensée marxiste aux enjeux de race, d’ethnies et de nationalités.