Les dix points-clé du programme de libération nationale et de justice sociale du Parti de l’émancipation du peuple
samedi 17 octobre 2015
Auteur : par webmaster

Le parti de l’émancipation du peuple a adopté, lors de son congrès en juin 2015, les 10 points-clé de son programme de libération nationale et de justice sociale.

Très prochainement, la partie 1 du programme sera rendue publique : « Annuler toutes les « réformes » néolibérales prises ces quarante dernières années. »

fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 11 réactions
 
Accueil > Qui sommes-nous ? > Le programme du Parti > Les dix points-clé du programme de libération (...)
 
Documents Joints
 

LES DIX POINTS-CLÉ DU PROGRAMME DE LIBÉRATION NATIONALE ET DE JUSTICE SOCIALE DU PARTI DE L’ÉMANCIPATION DU PEUPLE

Par le Parti de l’émancipation du peuple (ex-M’PEP).

Le 17 octobre 2015.

Le parti de l’émancipation du peuple a adopté, lors de son congrès en juin 2015, les 10 points-clé de son programme de libération nationale et de justice sociale.

Très prochainement, la partie 1 du programme sera rendue publique : « Annuler toutes les « réformes » néolibérales prises ces quarante dernières années. »


Répondre à cet article

Forum de l'article  -42 Messages

  • Vous avez pleins de points communs avec l’UPR pourquoi ne pas vous associer, on ne parle, dans les médias ni d’eux ni de vous alors cela pourrait doubler vos chances. A plusieurs nous sommes plus solides.

    repondre message


  • Bonjour, difficile de ne pas être d’accord sur ce programme. Cependant, il laisse trop facilement le flanc à la critique en ce sens
    où il est toujours aisé pour les tenants de la politique du Parti Unique Euro Libérale(formule reprise à Frédéric Lordon) de nous opposer dans le contexte actuel le principe de LEUR réalité. Il est important, du moins c’est ma conviction, d’effectuer un travail de dédramatisation de la sortie de l’euro, de développer sur un plan programmatique les mesures financières, économique et sociales qui découleront de la sortie de l’euro.
    Mettre en face de la reconquête sociale que nous proposons la reconquête financière à partir de laquelle la mise en place des mesures sociales sera rendue crédible. Cordialement.

    repondre message


  • Oui, la question qui vient immédiatement à l’esprit quand on lit ce programme est celle-ci : pourquoi si peu de monde dans ce parti ?
    Ce serait rudement intéressant si vous pouviez répondre à cette question sans avoir recours évidemment à des arguments tels que "les gens sont trop cons ou ils sont trop pleutres". Il doit y avoir quelque chose d’autre (et je parle des gens de l’ex-gauche). Et si on pouvait définir cette chose on s’attaquerait alors à l’essentiel.
    Contrairement à ce qui est dit dans le commentaire précédent, je crois qu’il ne faut pas hésiter à dramatiser. Une dramatisation "réaliste" pourrait permettre un approfondissement du programme par l’adjonction d’une véritable stratégie. Ce mot est approprié, il ne faut pas se cacher que ce sera une guerre. Alors la peur pourra se dire et cela vaudra mieux que le déni qui enlève toute crédibilité à votre programme pourtant si pertinent.

    repondre message


    • Si vous avez des idées sur les raisons qui font que nous ne sommes pas assez nombreux, n’hésitez pas à nous en faire part. A contrario de ce que vous semblez nous attribuer comme réponse éventuelle nous pensons que les gens ne sont ni cons ni pleutres mais qu’ils ne se retrouvent dans aucun parti apte à répondre aux besoins de l’immense majorité du peuple. C’est bien la raison pour laquelle nous avons transformé le M’PEP en parti. Il grandira, c’est sûr. Pourquoi ne pas y contribuer ?

      repondre message


    • Les gens qui sont dégoutés ne votent plus et ne s’engagent plus..pour l’instant. Ils ont d’ailleurs raison puisque aucun parti (a part le notre) n’est sur les positions claires pour sortir de l’euro, de l’UE, de l’Otan et pour démondialiser.

      Quand aux adhérents des autres partis, ils sont face à 2 problèmes :

      - reconnaitre qu’ils se sont trompés (ou out été trompés) et changer de parti, c’est difficile...il faut du temps pour digérer...

      - quand on quitte un parti...on a l’impression de "trahir sa famille"...la aussi, il faut du temps pour admettre qu’il n’y a aucune trahison là-dedans...

      Si vous avez d’autres explications, je suis preneur.

      repondre message


  • Tout à fait d’accord avec votre programme pour sortir de l’euro et de cette Europe capitaliste et austéritaire. Pourquoi ne faites vous pas l’union avec le PRCF qui est d’accord avec vous sur pratiquement tous les sujets abordés. Ce serait un bel objet de solidarité pour changer cette Europe capitaliste et austéritaire menée par le duo Merkel- Schäuble.
    Une Europe construite enfin pour les peuples dans le but de la dédier aux peuples et d’en faire un exemple en reprenant les idées du CNR (conseil national de la résistance) pour redonner vie à la sécurité sociale, aux retraites par répartition et aux nationalisations des grands groupes capitalistes.

    repondre message


  • Je ne comprends pas le point 6 : à quelles conditions le travail est-il possible pour tous, garanti par l’Etat ? Merci de m’éclairer !

    repondre message


  • Cher PEP, qu’entendez-vous par "en achevant la décolonisation dans les outre-mer
    français
    " ?

    repondre message


    • M’PEP : "en achevant la décolonisation dans les outre-mer
      français"
       ?
      - décoloniser la Savoie aussi ?
      - décoloniser la Bretagne ?
      - décoloniser l’Alsace ?
      - décoloniser le pays Basque ?
      - décoloniser La Corse aussi ?
      - décoloniser la Catalogne française encore ?
      - décoloniser le Berry pourquoi pas ?

      Le M’pep veut décoloniser les "ethnies" asservies ?
      Alors le M’pep devrait proposer d’ethinisiser ce qui reste de France aussi !
      Le M’pep veut de nouvelles guerres d’Agérie partout ?

      Je vous suis depuis 2ans et j’aime vraiment votre positionnement politique, mais si c’est pour en fin de compte la jouer trotskar, autant annoncer la couleur et militer pour la dissolution de la France et de son peuple., cela serais plus clair et honnête.
      Je suis infiniment déçu !

      repondre message


      • Voyons les choses tout autrement. Il est clair je pense, que grâce à ce qu’on a appelé " La Françafrique " les pays francophones d’Afrique restent sous une dépendance terrible des puissances d’argent de la "métropole", comme on dit. D’ailleurs, les francs CFA demeurent une sorte de monnaie de tutelle pour tous ces pays. C’est en ce sens, qu’il faut décoloniser. La tâche sera difficile, car c’est s’opposer à tout ce qui détient la puissance, mais cette tâche devra être mise à bien de la meilleure façon possible, sans heurts qui pourraient obérer l’avenir de toutes nos nations.

        Le même processus devra être proposé à toutes les autres "possessions" nées de la colonisation plus ou moins ancienne. Cela n’empêchera pas de continuer à avoir des relations cordiales, mais cette fois et enfin, d’égal à égal.

        repondre message


      • Pas de confusion ! Merci de lire la réponse un peu plus bas. ne soyez pas déçu nous n’avons pas changé d’orientation.

        repondre message


      • Ne soyez pas déçu, car il s’agit d’une mauvaise rédaction qui crée une terrible confusion... Effectivement le point 2 du programme de libération nationale et de justice sociale du Parti de l’émancipation du peuple pose problème ; car il regroupe dans une même phrase deux amendements sur deux registres différents. Que j’avais proposé en tant que responsable du Parti de l’émancipation du peuple à La Réunion.

        Le premier relatif à la mise en œuvre d’une politique de Co-dévelopement avec les pays des anciennes colonies Françaises, (en particulier d’Afrique) … Ce qui permettrait aux citoyens de ces pays de vire chez eux et de recouvrir de moins en moins à l’immigration.

        Le deuxième, achever la décolonisation dans les outremers Français. Sur ce point (complexe, soumis au débat), on pourrait déjà dire :
        Qu’en préalable, le PEP garantit le droit à l’autodétermination des populations des Outremer qui ont subi le joug de la colonisation.
        Ces populations auront alors le choix entre au moins 4 options

        1- l’indépendance ou L’autonomie qui plongerait sans doute ces territoires dans la jungle libérale, une concurrence intenable, dans une zone de bas salaires,de paradis fiscaux (l’île Maurice et d’autres dans les Caraïbes) et proche d’états en grande difficulté MADAGASCAR, LES COMORES pour la zone Océan indien, Haïti etc. pour les Caraïbes…

        2- Devenir une région pilotée Par Bruxelles et la commission Européenne en concurrence avec les autres régions…

        3- Rester des départements dans la république Française

        Le PEP qui défend les intérêts des classes populaires et moyennes est favorable à la troisième option.
        En effet le problème N° 1 dans les outremers Français est le chômage qui provoque exclusion et pauvreté. Or l’application du droit opposable à l’emploi que propose le Parti de l’émancipation du peuple et qui permettrait de réduire efficacement le chômage n’est possible qu’en préservant l’unité de la République. Un espace politique au sein duquel peut se réaliser, par la lutte, l’égalité entre tous les citoyens, entre tous les territoires, et leur solidarité.
        Le PEP refuse de diviser les citoyens qui dans leur diversité, se reconnaissent dans la république Française, car c’est leur union et non leur division qui leur offrira la possibilité de créer un rapport de forces, pour leur permettre d’entrer dans les institutions et les mettre au service de l’intérêt général.Par contre Accepter La dissolution du peuple et de la Nation, en petits "états" c’est le désossage des acquis du monde du travail, c’est la destruction des conquêtes sociales, c’est un moyen puissant pour détruire la Sécurité sociale et ses 600 milliards d’euros de budget, c’est l’élimination des communes et départements, échelons de proximité et lieux vivants de la démocratie.
        Il faut préciser que les firmes multinationales ont pratiqué un intense lobbying pour parvenir à cet objectif. Elles veulent éviter d’avoir en face d’elles des États forts, car elles savent qu’elles sont toujours perdantes quand les États font preuve de volontarisme et de détermination. Les firmes multinationales préfèrent une atomisation de territoires.
        Peut être même pour la Réunion ne serait -il pas judicieux pour favoriser la proximité de créer deux départements (la Réunion comptera bientôt prés d’un million d’habitants comme l’avait projeté Paul Verges avec le PCR)
        C’est dans une république forte, unie qu’il sera possible d’achever une véritable décolonisation :
        - En permettant aux jeunes Réunionnais par exemple aujourd’hui sur diplômés et dont beaucoup sont privés d’emploi, d’occuper les postes clés dans les domaines politique, économique, culturel et social…
        A compétence égale favoriser les Réunionnais pour tel ou tel poste.
        - De produire à la Réunion le maximum de biens et de services dont la population à besoin
        - Réaliser l’indépendance énergétique réalisable à terme A la Réunion (volcan, géothermie, marémotrices, vent , soleil, etc.…
        - se détacher des lobbies pétroliers
        - Exploiter les vastes étendues maritimes appartenant à la République Française des Tropiques à l’Antarctique.
        Autant d’atouts pour le développement économique, écologique …
        - Revoir le système dépassé de l’octroie de mer…
        La Réunion ainsi développée pourrait mener à son tour une politique de Co-développement avec les pays de la zone Océan Indien.
        Idem pour les autre départements d’outremer avec leurs ressources propre et la solidarité, nationale... la mise en commun de moyens que seule permet la départementalisation
        Bien sur tout cela à approfondir et à débattre

        Didier Le Strat (Parti de l’émancipation du peuple de LA REUNION.

        repondre message


  • Bonjour,
    Pas d’accord avec votre programme"sortir du nucléaire" Ce qu’il convient de faire c’est au contraire lancer un autre programme nucléaire qui peut dès maintenant permettre de consommer les déchets existants. Cette technique est intrinsèquement sans danger. Développer la voiture à aire comprimé pour la ville, par exemple. Réduire de façon drastique le transport routier des marchandises.Enfin lancer un programme de recherche sur l’énergie libre découverte par Nicolas Teslas. Ceci afin de plus être esclaves de la mafia des sept soeurs du pétrole et de leurs millions de morts.
    roma.

    repondre message


    • "Lancer un programme nucléaire pour consommer les déchets existants". Vous avez lu ça où ? Dans un film de science fiction ?
      Le nucléaire est en net déclin dans l’UE et ne se développe plus au niveau mondial. En France, le rapport de l’Ademe "vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050" devrait logiquement suffire, dans une société qui soumet sa stratégie énergétique au verdict du peuple, à lui donner un coup de grâce. Il montre que les coûts sont déjà très similaires et on peut s’attendre à ce que le renouvelable soit très vite plus compétitif puisque les coûts sont en nette décroissance alors que le nucléaire du future (EPR) sera plus cher. Le comparatif financier ne sert bien sûr qu’à convaincre les plus rétifs ; la plupart des gens sensés ont depuis longtemps compris que ce jeu dangereux n’en vaut pas la chandelle !
      Viviane

      repondre message


    • On ne sait pas consommer les déchets nucléaires sans un coût énorme.

      il ne fallait pas les produire, maintenant il faut les gérer, donc les surveiller durant quelques millénaires, au moins 100 000 ans pour certains. Surtout ne pas les enfouir et risquer par là de ne plus pouvoir surveiller ce qu’il en advient. Il faut par exemple voir tous les essais précédents d’enfouissement : la sûreté géologique n’a pas duré ; quand les ’colis’ (barils) se désagrègent (et c’est inexorable) que se passe-t-il ? la matière migre plus ou moins lentement suivant le taux d’humidité. Donc il y a dispersion des poisons radioactifs. Selon leur nature ils sont plus ou moins dangereux mais presque toujours mortels au bout d’un certain temps. Et l’on ne parle pas des gaz ..

      Toutes les techniques nucléaires qu’on utilise actuellement polluent toujours donc il faut arrêter cette saloperie le plus rapidement possible.
      C’est une peste que nous léguons à nos descendants - nos décideurs sont des salauds.

      Imaginez nos gaulois (pas plus de 2000 ans) qui auraient mis dans le sous-sol des colis radio-actifs : on creuse et ...
      Imaginez on creuse pour trouver de l’eau ou du gaz de schiste et on trouve du plutonium et autres poisons violents ?

      Asterix ne serait plus un héros mais un terroriste de l’histoire qui piège le sol...

      Nous (quelques dirigeants) sommes ces archéo-terroristes.

      repondre message


  • Je suis Réunionnais . Apres lecture du deuxième point-clé je me suis précipité vers ma carte d’identité pour vérifier...
    Ouf ! Je suis bien FRANCAIS.

    repondre message


    • Eh oui, pour le PEP, il semblerait que vous n’ êtes pas un vrai français.
      Ceci illustre malheureusement ce qu’ est une partie de la gauche française, à savoir une gauche ethniciste qui nie le caractère politique de la nation française. D’ où des alliances contre nature entre cette gauche là (notamment EELV) et des groupuscules régionalistes d’ extrême droite en Corse, Bretagne ou Pays-Basque.
      Il y a heureusement une gauche républicaine.

      repondre message


      • je crois comprendre que décolonisation ne veut pas dire indépendance

        je crois comprendre qu’il s’agit de transformer en profondeur les rapports politiques, culturels, économiques et sociaux actuels dans les outre-mer, qui sont fortement marqués par l’Histoire : le commerce triangulaire ; l’esclavage aboli par la Révolution française, rétabli par Napoléon, aboli à nouveau en 1848 ; plus récemment le très néo-colonial BUMIDOM (bureau de migration des DOM), et par des luttes d’émancipation telles que celle qui s’est traduite dramatiquement dans la grotte d’Ouvea il y a 25 ans, et plus près de nous celle menée par le LKP en Guadeloupe en 2009...

        et donc je ne vois pas dans la proposition du Parti de l’émancipation du peuple un éclatement de la République, mais au contraire le principe très républicain d’égalité !

        repondre message


      • Quelle question ! Bien entendu ! Nous sommes tous français. En revanche, les relations sont-elles si bonnes entre les Réunionnais, et les "parachutés" venus de "la métropole" ? Je crains fort que non. Là aussi, il va falloir de vrais changements, qui permettront, et impliqueront, une meilleure prise en main par les gens de la base, de leur destin. Cela est d’ailleurs vrai dans les départements d’Outre-Mer, mais aussi dans les départements métropolitains, où la décentralisation forcenée a écarté les citoyens des processus de décision de façon intolérable.

        Oui, EELV, parti européiste et atlantiste avant tout (y compris l’écologie), fait tout pour détruire la nation, une nation toute particulière précisément, parce qu’elle est unie par une vraie fibre républicaine.

        repondre message


      • Pas de méprise s’il vous plaît ! Nous défendons la nation et en plus on ne se reconnaît plus dans la gauche ! <Nous ne faisons aucune alliance avec les régionalistes, EELV et autres européistes. Lisez nos textes avec un peu plus d’attention, ce serait utile.
        Nous considérons que tous les Français sont français. Et que tous doivent aussi accéder aux mêmes droits. Nous ne parlons pas d’ethnies (d’ailleurs lesquelles dans les territoires d’Outre-Mer ?) mais de politiques menées, de la répartition des richesses, des moyens de production, du chômage plus élevé dans les territoires d’Outre Mer qu’en métropole, du développement économique, de l’inégalité flagrante qui existe. Ceux qui vivent cette situation au quotidien savent ce qu’il en est.
        Alors, évidemment, on peut toujours faire comme si on ne voyait rien, ne savait rien - d’ailleurs c’est bien loin... Mais on devrait avoir la responsabilité de regarder la réalité. Notre discours n’est pas "indépendantiste" ou "autonomiste". Achever la décolonisation c’est organiser l’égalité des moyens sur tous les territoires français. Dans tous les départements. Il est vrai que la réforme territoriale du gouvernement Hollande va accentuer l’inégalité entre tous les départements de France, creuser les écarts par la création de métropoles et de grandes régions qui vont capter toutes les compétences économiques. Ainsi des pans entiers de la métropole vont devenir des zones "oubliées", désertifiées par le manque de financement public. Cela nous le dénonçons aussi !

        repondre message


    • Oui Monsieur Philippe Hoareau, vous êtes bien Français... Effectivement le point 2 du programme de libération nationale et de justice sociale du Parti de l’émancipation du peuple pose problème ; car il regroupe dans une même phrase deux amendements sur deux registres différents. Que j’avais proposé en tant que responsable du Parti de l’émancipation du peuple à La Réunion.

      Le premier relatif à la mise en œuvre d’une politique de Co-dévelopement avec les pays des anciennes colonies Françaises, (en particulier d’Afrique) …
      Ce qui permettrait aux citoyens de ces pays de vire chez eux et de recouvrir de moins en moins à l’immigration.

      Le deuxième, achever la décolonisation dans les outremers Français. Sur ce point (complexe, soumis au débat), on pourrait déjà dire :
      Qu’en préalable, le PEP garantit le droit à l’autodétermination des populations des Outremer qui ont subi le joug de la colonisation.
      Ces populations auront alors le choix entre au moins 4 options

      1- l’indépendance ou L’autonomie qui plongerait sans doute ces territoires dans la jungle libérale, une concurrence intenable, dans une zone de bas salaires,de paradis fiscaux (l’île Maurice et d’autres dans les Caraïbes) et proche d’états en grande difficulté MADAGASCAR, LES COMORES pour la zone Océan indien, Haïti etc. pour les Caraïbes…

      2- Devenir une région pilotée Par Bruxelles et la commission Européenne en concurrence avec les autres régions…

      3- Rester des départements dans la république Française

      Le PEP qui défend les intérêts des classes populaires et moyennes est favorable à la troisième option.
      En effet le problème N° 1 dans les outremers Français est le chômage qui provoque exclusion et pauvreté. Or l’application du droit opposable à l’emploi que propose le Parti de l’émancipation du peuple et qui permettrait de réduire efficacement le chômage n’est possible qu’en préservant l’unité de la République. Un espace politique au sein duquel peut se réaliser, par la lutte, l’égalité entre tous les citoyens, entre tous les territoires, et leur solidarité.
      Le PEP refuse de diviser les citoyens qui dans leur diversité, se reconnaissent dans la république Française, car c’est leur union et non leur division qui leur offrira la possibilité de créer un rapport de forces, pour leur permettre d’entrer dans les institutions et les mettre au service de l’intérêt général.Par contre Accepter La dissolution du peuple et de la Nation, en petits "états" c’est le désossage des acquis du monde du travail, c’est la destruction des conquêtes sociales, c’est un moyen puissant pour détruire la Sécurité sociale et ses 600 milliards d’euros de budget, c’est l’élimination des communes et départements, échelons de proximité et lieux vivants de la démocratie.
      Il faut préciser que les firmes multinationales ont pratiqué un intense lobbying pour parvenir à cet objectif. Elles veulent éviter d’avoir en face d’elles des États forts, car elles savent qu’elles sont toujours perdantes quand les États font preuve de volontarisme et de détermination. Les firmes multinationales préfèrent une atomisation de territoires.
      Peut être même pour la Réunion ne serait -il pas judicieux pour favoriser la proximité de créer deux départements (la Réunion comptera bientôt prés d’un million d’habitants comme l’avait projeté Paul Verges avec le PCR)
      C’est dans une république forte, unie qu’il sera possible d’achever une véritable décolonisation :
      - En permettant aux jeunes Réunionnais par exemple aujourd’hui sur diplômés et dont beaucoup sont privés d’emploi, d’occuper les postes clés dans les domaines politique, économique, culturel et social…
      A compétence égale favoriser les Réunionnais pour tel ou tel poste.
      - De produire à la Réunion le maximum de biens et de services dont la population à besoin
      - Réaliser l’indépendance énergétique réalisable à terme A la Réunion (volcan, géothermie, marémotrices, vent , soleil, etc.…
      - se détacher des lobbies pétroliers
      - Exploiter les vastes étendues maritimes appartenant à la République Française des Tropiques à l’Antarctique.
      Autant d’atouts pour le développement économique, écologique …
      - Revoir le système dépassé de l’octroie de mer…
      La Réunion ainsi développée pourrait mener à son tour une politique de Co-développement avec les pays de la zone Océan Indien.
      Idem pour les autre départements d’outremer avec leurs ressources propre et la solidarité,nationale... la mise en commun de moyens que seule permet la départementalisation
      Bien sur tout cela à approfondir à débattre
      Didier Le Strat (Parti de l’émancipation du peuple de LA REUNION.

      repondre message


    • Oui Monsieur Philippe Hoareau, vous êtes bien Français... Effectivement le point 2 du programme de libération nationale et de justice sociale du Parti de l’émancipation du peuple pose problème ; car il regroupe dans une même phrase deux amendements sur deux registres différents. Que j’avais proposé en tant que responsable du Parti de l’émancipation du peuple à La Réunion.

      Le premier relatif à la mise en œuvre d’une politique de Co-dévelopement avec les pays des anciennes colonies Françaises, (en particulier d’Afrique) …
      Ce qui permettrait aux citoyens de ces pays de vivre chez eux et de recouvrir de moins en moins à l’immigration.

      Le deuxième, achever la décolonisation dans les outremers Français. Sur ce point (complexe, soumis au débat), on pourrait déjà dire :
      Qu’en préalable, le PEP garantit le droit à l’autodétermination des populations des Outremer qui ont subi le joug de la colonisation.
      Ces populations auront alors le choix entre au moins 4 options

      1- l’indépendance ou L’autonomie qui plongerait sans doute ces territoires dans la jungle libérale, une concurrence intenable, dans une zone de bas salaires,de paradis fiscaux (l’île Maurice et d’autres dans les Caraïbes) et proches d’états en grande difficulté MADAGASCAR, LES COMORES pour la zone Océan indien, Haïti etc. pour les Caraïbes…

      2- Devenir une région pilotée Par Bruxelles et la commission Européenne en concurrence (fondée sur dumping social et fiscal)avec les autres régions…

      3- Rester des départements dans la République Française

      Le Parti de l’émancipation du peuple qui défend les intérêts des classes populaires et moyennes est favorable à la troisième option.
      En effet le problème N° 1 dans les outremers Français est le chômage qui provoque exclusion et pauvreté. Or l’application du droit opposable à l’emploi que propose le Parti de l’émancipation du peuple et qui permettrait de réduire efficacement le chômage n’est possible qu’en préservant l’unité de la République. Un espace politique au sein duquel peut se réaliser, par la lutte, l’égalité entre tous les citoyens, entre tous les territoires, et leur solidarité.
      Le PEP refuse de diviser les citoyens qui dans leur diversité, se reconnaissent dans la république Française, car c’est leur union et non leur division qui leur offrira la possibilité de créer un rapport de forces, pour leur permettre d’entrer dans les institutions et les mettre au service de l’intérêt général.Par contre Accepter La dissolution du peuple et de la Nation, en petits "états" c’est le désossage des acquis du monde du travail, c’est la destruction des conquêtes sociales, c’est un moyen puissant pour détruire la Sécurité sociale et ses 600 milliards d’euros de budget, c’est l’élimination des communes et départements, échelons de proximité et lieux vivants de la démocratie.
      Il faut préciser que les firmes multinationales ont pratiqué un intense lobbying pour parvenir à cet objectif. Elles veulent éviter d’avoir en face d’elles des États forts, car elles savent qu’elles sont toujours perdantes quand les États font preuve de volontarisme et de détermination. Les firmes multinationales préfèrent une atomisation de territoires.
      Peut être même pour la Réunion ne serait -il pas judicieux pour favoriser la proximité de créer deux départements (la Réunion comptera bientôt prés d’un million d’habitants comme l’avait projeté Paul Verges avec le PCR)
      C’est dans une république forte, unie qu’il sera possible d’achever une véritable décolonisation :
      - En permettant aux jeunes Réunionnais par exemple aujourd’hui sur diplômés et dont beaucoup sont privés d’emploi, d’occuper les postes clés dans les domaines politique, économique, culturel et social…
      A compétence égale favoriser les Réunionnais pour tel ou tel poste.
      - De produire à la Réunion le maximum de biens et de services dont la population à besoin
      - Réaliser l’indépendance énergétique réalisable à terme A la Réunion (volcan, géothermie, marémotrices, vent , soleil, etc.…
      - se détacher des lobbies pétroliers
      - Exploiter les vastes étendues maritimes appartenant à la République Française des Tropiques à l’Antarctique.
      Autant d’atouts pour le développement économique, et unegestion écologique …
      - Revoir le système dépassé de l’octroie de mer…
      La Réunion ainsi développée pourrait mener à son tour une politique de Co-développement et d’échanges avec les pays de la zone Océan Indien.
      Idem pour les autre départements d’outremer avec leurs ressources propre et la solidarité,nationale... la mise en commun de moyens que seule permet la départementalisation
      Bien sur tout cela à approfondir à débattre
      Didier Le Strat (Parti de l’émancipation du peuple de LA REUNION.

      repondre message


  • Fiscalité

    22 octobre 2015 22:29, par fv

    Quels types de fiscalité pour les individus et pour les entreprises ?

    Combien de types de taxe ? La part des taxes indirects et la part direct selon le niveau : Etat central, Département, communes.

    Combien de taux de TVA ? Quels seraient les taux et sur quoi ?

    Quels seraient les structures de contrôle sur l’application des budgets et de leurs dépassements ? comment réaliser un contre pouvoir citoyen ?

    Comment se passerait la réforme de la valeur immobilière et locative pour les taxes locales ?
    Quelles seraient les bases des taxes locales ? Sur les quantités consommées d’électricité, d’eau, de gaz naturel, de télécommunications. Ou sur le nombre d’animaux domestique ou le nombre de bovin par exploitation.

    combien de tranche pour l’impôt sur le revenu ?

    repondre message


    • Fiscalité
      23 octobre 2015 18:12, par MD

      Tout cela fera partie du programme détaillé.

      repondre message


      • Fiscalité : exprimer les tendances générales
        24 octobre 2015 11:44, par vf

        Il est souhaitable d’exprimer les tendances générales sur les propositions de gouvernement.

        En effet, les 10 points sont nombreux, alors quelques lignes sur les réformes en profondeur de la fiscalité, car annuler les mesures d’austérités du point N°1 ne suffit pas à corriger les inégalités et la stabilité fiscale.

        Les nationalisation des entreprises de grands réseaux seront une base très importante sur la fiscalité locale. Mais, il faut souligner comme grand principe la fin de la double comptabilité sur les importations (actuellement les produits sont facturés à partir des pays faiblement imposables mais ces pays ne sont pas producteur de produits, ainsi le profit est stocké dans ces pays et non dans le pays producteur).

        Exprimez la position générale sur la révision de la comptabilité d’entreprise, sur la valeur
        historique des achats de biens mobiliers et immobiliers. Et non une réactualisation des valeurs sur le prix de marché comme pour les stocks.

        repondre message


  • Je suis très content que le PEP ait modifié l’article 2 de son programme.
    La 1ère version était un appel au lancé de tomates ou d’Œufs pourris en France et en France ultramarine pour le PEP.
    L’interprétation du propos retiré était tellement vaste en sens et contre sens que j’ai été moi-même abusé par les termes, ce qui m’a plongé dans un profonde dissonance cognitive. J’ai eu l’impression (fausse) que le PEP avait été infiltré par le parti de gauche ou eelv !!!
    Je comprends aussi qu’il n’est pas simple d’écrire un programme : très peu de mots pour dire beaucoup.
    Je suis content d’avoir contribué (très modestement) à ce que PEP soit véritablement perçu comme un parti de libération nationale et de justice sociale.

    Vive la France !
    Continuons la lutte des classes par le syndicalisme !

    repondre message


  • Bonjour
    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec le point 6, qui fait du "plein emploi" un objectif incontournable, y compris au besoin en multipliant les emplois fictifs de fonctionnaires, comme aux temps de l’ex-URSS ("On fait semblant de travailler, en retour l’Etat fait semblant de nous payer". Je vous conseille, entre autres, la lecture de Dominique Méda. L’emploi salarié n’est pas l’objectif d’un Etat socialiste. Préparons plutôt le passage à un autre paradigme en instaurant le revenu d’existence pour tous, de la naissance à la mort. Il n’interdit pas de travailler mais il dispense de le faire dans n’importe quelles conditions et à n’importe quel prix.

    repondre message

Haut de la page