Michel Godron, Écologie et évolution du monde vivant, L’Harmattan, 2012.
dimanche 19 août 2012
Auteur : par webmaster
fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction
 
Accueil > Analyses et propositions > Environnement > Michel Godron, Écologie et évolution du monde (...)
 

Écologie et évolution du monde vivant

Auteur : Michel Godron

Editions : L’Harmattan, 2012



Comment résoudre les problèmes écologiques mondiaux qui se posent aujourd’hui ? Quels changements de nos mentalités et quelles innovations techniques seront
nécessaires pour maîtriser, par exemple, le changement climatique, l’augmentation du prix du pétrole et des produits de l’agriculture ou la perte de biodiversité ? Ces questions globales mettent en jeu l’ensemble du fonctionnement de la biosphère et de tous les êtres vivants depuis leur origine, avant même que l’humanité soit devenue un acteur dominant de l’évolution de la biosphère.
Le volume 1 du présent ouvrage commence donc par répondre à la question "Qu’est-ce que la vie ?", en montrant que l’ensemble des êtres vivants a pris son autonomie par rapport au monde minéral en utilisant l’information venant du Soleil. Le Soleil est aussi à l’origine de la photosynthèse et de la différenciation des climats pour que la photosynthèse ne soit pas impliquée dans la différenciation. Depuis que la vie est apparue sur la Terre, l’évolution des êtres vivants a suivi un "modèle" écologique et cybernétique très général, qui a conduit à la biodiversité actuelle, qui dépend directement des climats et des sols.
Le volume 2 présente l’étude statistique de la répartition écologique des plantes et des plusieurs échelles : à l’échelle biogéographique des continents et des étages de végétation ; à l’échelle des communautés végétales et animales et des paysages où nous vivons. Les particularités des observations écologiques conduisent à adopter des tests statistiques très précis et très cohérents qui sont présentés en détail.
Ces tests permettent d’ajouter à la biodiversité classique son extension à la biodiversité spatiale, qui est trop souvent négligée. Le troisième volume retrace l’arrivée discrète de l’Homme dans la biosphère, amorcée depuis deux millions d’années, et son emprise écologique, au Paléolithique, au Néolithique et dans notre civilisation industrielle. Il se termine par l’analyse des problèmes écologiques actuels, qui sont surtout le fruit délétère de notre société de sur-consommation.